Navigation | VICTOIRE DE LA VIE (TPE 2)

VICTOIRE DE LA VIE (TPE 2)

Alors la nous allons vous montrer le début de notre TPE (qui a tout de même avancé!)Donc, Noémie Pinel, Suzanne Poulat et Blaise Marchandeau vous présentent:

VICTOIRE DE LA VIE

(Henri Cartier-Bresson).

Année 2007/2008

Lycée Lamartine.

 

Sommaire : 

I/Présentation Victoire de la Vie .

II/Présentation Henri Cartier-Bressonet le cinéma. 

  • Biographie 
  • Anecdote Fondation Henri Cartier-Bresson 

III/Présentation problématique  IV/Etudes des deux extraits 

  • Premier extrait 
  • Deuxième extrait 

V/Conclusion

I- Présentation Victoire de la Vie 

Titre V. anglaise : « Return to Life » documentaire de Henri Cartier-Bresson en collaboration avec Herbert Kline
(version courte de 37min, la version de 49 min est une version complète reconstituée)
L’effort sanitaire et la mobilisation de l’Espagne républicaine, sur le front et à l’arrière, et la solidarité médicale des pays étrangers, coordonnée par la Centrale Sanitaire Internationale (C.S.I). Si la guerre est présente au sein du film, illustrée par des images d’affrontements et de bombardements (église et statuaire religieux dévastés), elle est surtout observée de l’arrière.
L’essentiel du film Victoire de la Vie est en effet consacré aux soins, à la rééducation et à l’éducation des soldats blessés ; ce documentaire accorde également une place importante aux enfants espagnols présentés comme les principales victimes de la guerre et l’avenir de l’Espagne (colonies, goûters, danses et alphabétisation).
Sur la ligne de front, lors des combats, des séquences décrivent les postes de secours, les opérations d’urgence, les hôpitaux mobiles et les évacuations des blessés par ambulances et trains sanitaires vers les hôpitaux du C.S.I.
Le soutien de l’armée des Maures et de l’Allemagne nazie aux troupes de Franco est évoqué par un simple plan filmé à l’intérieur d’une casemate reprise par les Républicains : on y voit une croix gammée et l’insigne de l’armée maure. Des plans montrent également un soldat apprenant à lire, des blessés jouant aux échecs, une séquence se déroule à la campagne où, après la moisson, les paysans accordent la moitié de leur récolte à l’armée (certains d’entre eux ferment le poing).
Dans la dernière séquence des miliciens repartent vers le front en camion et à pied tandis qu’apparaît en surimpression cette déclaration :
“Avec de tels hommes l’Espagne ne peut pas mourir. L’idéal pour lequel ils ont prodigué leur sang est un idéal de Paix. Pour que les enfants grandissent dans la joie. Pour les belles moissons de demain. L’Espagne au grand cœur doit vivre. L’Espagne vivra”.
Soigneusement réalisé par Henri Cartier-Bresson, Victoire de la Vie a été réalisé pour soutenir l’Espagne républicaine, présenter l’action de la Centrale Sanitaire Internationale et obtenir des soutiens financiers.
Générique «La Centrale Sanitaire Internationale 38 rue de Chateaudun Paris présente:
Prise de vue : Jacques Lemare et Herbert Kline
Montage : Laura Séjour
Musique : Charles Koechlin (sur une proposition de Roger Désormière).
Commentaire : Pierre Unik
Graphiques : Giffoul
Distribution : Ciné-Liberté
Lieux et monuments : Madrid, Barcelone, centre de convalescence de Benicacim, hôpitaux militaires et hôpitaux du C.S.I.
Personnalités : docteur Planelles (sous-secrétaire d’état à la santé civile) et du colonel Bejarano (chef du service de santé militaire à Barcelone).

Découpage : Madrid pendant la guerre / ce qu’a fait la République pour la santé et pour les enfants en particulier / fabrication de médicaments / distribution du pain pour le Front et du blé pour les villages / formation de soldats pour défendre la République, de brancardiers, qui montent au Front / chargement d’un camion sanitaire pour intervention immédiate au Front / le travail des brancardiers / une opération chirurgicale dans le camion / évacuation des blessés dans train et ambulances / soins aux blessés dans différents hôpitaux / fête dans un petit village pour commémorer la 1ère année de l’existence de l’hôpital / centre d’enfants réfugiés. 

 

cARATULA

(c)Henri Cartier-Bresson / Magnum Photos 

 

 

II/Présentation Henri Cartier-Bresson et le cinéma 

  •  Biographie

Outre la photographie, la peinture et le dessin, Henri Cartier-Bresson a toujours manifesté un intérêt pour le cinéma. En 1935, alors qu’il séjourne aux Etats-Unis où il prend ses premiers clichés de New-York, Henri Cartier-Bresson rencontre et assiste le photographe et cinéaste Paul Strand qui l’initie au cinéma. De retour en France, sa fréquentation des groupes surréalistes l’amène à contacter Luis Bunuel, mais le réalisateur de L’Age d’or et Las Hurdes refuse de l’engager. C’est Jean Renoir, en 1936, qui offre à Henri Cartier-Bresson sa première expérience de mise en scène sur La Vie est à nous. Le film est une commande passée par le Parti Communiste français à quelques mois des élections de 1936 qui verront le Front Populaire l’emporter très largement. « Ce moment était un moment d’enthousiasme, dira Jean Renoir. Sorte de feu d’artifice avant la catastrophe. » Renoir l’engage de nouveau sur Une Partie de campagne (1936), en tant que second assistant- il rencontre à cette occasion Luchino Visconti et Jacques Becker, puis sur La Règle du jeu, en 1939. Henri Cartier-Bresson délaisse la fiction pour le documentaire qui devient son genre de prédilection. « Je savais que je ne ferais pas de mise en scène, probablement des documentaires, car je n’ai pas d’imagination littéraire. [..,] et les grands films, je crois, sont faits pour des gens qui se rapprochent des romanciers. », explique-t-il. En 1937, en pleine guerre civile, il réalise son premier documentaire. Victoire de la vie, sur les hôpitaux de l’Espagne républicaine, alors assaillie par les troupes de Franco. Suivra L’Espagne vivra, une commande du Secours Populaire Français et des Colonies. Le commentaire, à la rhétorique politique et militante, est signé Georges Sadoul.
Lorsque la guerre éclate en 1939, Henri Cartier-Bresson est gradé Caporal et la mission de son unité consiste à photographier et filmer la guerre. A la Libération, il entreprend un film sur le retour des prisonniers d’Allemagne dans leurs pays respectifs. Fait d’images d’archivé, d’images de guerre prises par les alliés et de prisonniers allemands, Le Retour enregistre l’ouverture des camps. La liesse populaire saluant les armées libératrices laisse vite la place à l’insoutenable de l’horreur concentrationnaire.
Enfin, en 1969 et 1970, Henri Cartier-Bresson réalise deux documentaires pour la chaîne de télévision CBS News. Tournés en couleur, Impressions de Californie et Southern Exposures sont deux témoignages sur l’Amérique profonde où la prodigalité des richesses côtoie de près l’indigence et la misère humaine.

  • Anecdote Fondation Henri Cartier-Bresson 

En quête de témoignages, nous avons contacté la Fondation Henri Cartier-Bresson pour leur proposer un rencontre autour de Victoire de la Vie.  Voici notre démarche par contact mail ainsi que la réponse de al Fondation : “De : esibal [mailto:esibal@laposte.net]
Envoyé : mardi 18 décembre 2007 15:55
À : contact@henricartierbresson.org
Objet : Demande de rencontre 
Bonjour,
Nous sommes un groupe de TPE (Travaux Personnels Encadrés) en première Littéraire à Paris au lycée Lamartine dans le 9éme arrondissement. Nous avons choisi comme sujet de TPE, un des documentaire de Henri Cartier-Bresson, celui sur l’Espagne durant la guerre civile, intitulé: “Victoire de la vie”. C’est une publicité pour le Secours Populaire de l’époque.
C’est pour cela que nous prenons contact avec vous et que nous vous demandons d’accepter de nous rencontrer pour discuter autour de ce documentaire ( où autour d’un café! )
Nous espérons avoir de vos nouvelles, merci d’avance!  PS: adresse du Blog du TPE http://memoriaespanola.unblog.fr/victoire-de-la-vie-par-henri-cartier-bresson/
Allez y faire un tour! Si vous voulez… Bonne journée!

Et voilà leur réponse :

“Bonjour,  Merci pour votre message. Nous aurions été ravis de répondre à vos questions mais sommes une toute petite équipe et “la tête sous l’eau” jusque la mi janvier. Nous vous conseillons dans un premier temps de lire la petit livret qui se trouve dans le coffret HCB publié par MK2 et la Fondation HCB : vous y trouverez beaucoup d’informations précieuses au sujet de ce très beau documentaire.Bravo pour le beau blog, attention toutefois à l’utilisation des photographies de Cartier-Bresson, qui devrait normalement faire l’objet de paiement de droit d’auteurs à Magnum; sans copyrights qui plus est, vous risquez d’avoir des soucis avec Magnum Photos… Il faudrait au moins ajouter “(c) Henri Cartier-Bresson / Magnum Photos” sous l’image.  Enfin, Henri Cartier-Bresson n’aimait pas cette photographie du garçon aux bouteilles. Peut être souhaiteriez-vous à la place mettre “Derrière la gare St Lazare”, aussi célèbre et plus représentative de son oeuvre?  Bien à vous, et bon courage pour votre recherche,  Pauline VERMARE
Fondation Henri Cartier-Bresson
2, impasse Lebouis – 75014 Paris
T +33 1 56 80 27 03
F +33 1 56 80 27 01 
Actuellement à la Fondation HCB:  HELEN LEVITT
du 12 septembre au 23 décembre 2007 

III/Présentation de la problématique : 

Victoire de la Vie est donc un documentaire qui a un but clairement publicitaire, et il était d’ailleurs diffusé dans les cinémas avant les films. Nous remarquons cependant une virtuosité artistique innovatrice pour les documentaires de l’époque.

Dans son documentaire, Henri Cartier-Bresson souhaite donc montrer ce qui se passe au front entre l’Espagne républicaine et les troupes franquistes sur la demande du Secours Populaire en quête de dons. Il informe particulièrement les gens sur la précarité de la santé des soldats pour les émouvoir et atteindre le but fixé par le Secours Populaire.

Mais ne sentons-nous pas plus l’homme derrière la caméra que la publicité banale ? Est-ce Henri Cartier-Bresson qui veut exposer indépendamment son point de vue ou est-ce une ruse marketing ? Ou bien les deux ?

L’esthétisme propre à Henri Cartier-Bresson côtoie la simplicité publicitaire de l’époque. Un effet de propagande en ressort puisque par l’esthétisme Henri Cartier-Bresson vise les sentiments de l’homme pour atteindre le but publicitaire.

Art au service de la propagande ? Propagande au service de l’art ?

C’est ici que l’art et la propagande se confondent.

Art et/ou propagande ?

Voila!! Aujourd’hui nous sommes le jeudi 24 janvier et nous devons encore rédiger nos études sur les deux extraits, et la conclusion ou nous elargiront le sujet sur des documentaires de nos jours tel que La Terre vue du ciel de Yann Arthus-Bertrand, étrangement il est lui aussi photographe. Image de prévisualisation YouTube

Par memoriaespanola le 17 janvier, 2008 dans

Laisser un commentaire

Archives

10 plus commentés

10 derniers articles

Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cplespilettes
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres